Accès rapide

Archives

Les secrets de l’expédition Franklin

Octobre 2017

Découvrir les épaves du HMS Erebus et du HMS Terror n’a pas résolu le mystère entourant le destin de sir John Franklin et de son équipage dans l’Arctique canadien. C’est plutôt le début d’un nouveau chapitre de ce récit fascinant!

L’archéologue Charles Dagneau de Parcs Canada en plongée sur le HMS Erebus
L’archéologue Charles Dagneau de Parcs Canada en plongée sur le HMS Erebus (Parcs Canada)

Les archéologues subaquatiques de Parcs Canada ont continué l’exploration de l’épave du HMS Erebus afin d’y retrouver des artéfacts. L’équipe y retournera d’ailleurs en 2018 pour une autre session de travail intensif. En attendant, le site est sous la surveillance d’une équipe de quatre gardiens inuits. L’an prochain, un navire de recherche et une barge seront amarrés en Arctique afin de permettre aux archéologues de fouiller l’Erebus et d’analyser et préserver leurs découvertes.

« Je n’ai jamais vu un cas où les épaves avaient autant d’éléments à contribuer à un récit », a commenté Marc-André Bernier, chef de l’équipe d’archéologues de Parcs Canada. Ces archéologues espèrent trouver des documents ainsi que d’autres indices qui pourraient révéler des secrets sur l’expédition Franklin. Il se pourrait même que certains artéfacts puissent être reliés à des personnes qui faisaient partie de cette expédition. En effet, Doug Stenton, archéologue du gouvernement du Nunavut, développe en ce moment une base de données d’ADN en collaboration avec les descendants de membres de l’équipage. De plus, l’historien inuit Louie Kamookak espère que la sépulture de sir John Franklin sera retrouvée, peut-être sur l’île du Roi-Guillaume.

Louie Kamookak
Louie Kamookak (photo : Jake Wright/Grands Mystères de l’histoire canadienne)

Comme les chercheurs élucident régulièrement les secrets d’un des plus grands mystères de l’exploration arctique, n’oubliez pas de jeter un œil sur la section Nouvelles de notre site sur le mystère Franklin qui a été conçu en partenariat avec Parcs Canada, dont le site fournit aussi des mises à jour régulières sur les recherches archéologiques liées à l’expédition Franklin. L’ensemble de notre site, Le mystère Franklin : vivre et mourir en Arctique, et plus particulièrement la section Matériel pédagogique, fournit aux enseignants et aux élèves un large éventail d’outils pour enquêter sur les nombreux mystères entourant la disparition de l’expédition Franklin. Notre section Archives inclut des sources documentaires, des cartes et des illustrations. Le site propose également une collection spéciale de témoignages d’Inuits ainsi que des CyberMystères.

La cloche sur l’épave du HMS Erebus
La cloche sur l’épave du HMS Erebus (Parcs Canada)

L’épave du HMS Terror trouvée en Arctique

26 septembre 2016

Le HMS Terror, le second des deux navires de sir John Franklin dont on cherche la trace depuis si longtemps, a été retrouvé dans l’Arctique canadien au début septembre par l’Arctic Research Foundation. Les chercheurs ont découvert l’épave dans la baie de Terror, qui porte bien son nom! Lorsque Sammy Kogvik de Gjoa Haven a informé l’équipe de chercheurs sur le Martin-Bergmann qu’il avait vu à la baie de Terror il y a environ six ans la pointe d’un mât en bois sortant de la glace, le navire a fait un détour pour étudier la région. Parcs Canada, qui a dirigé les recherches pour retrouver les navires de Franklin depuis des décennies, a confirmé l’identité de l’épave une fois que les archéologues s’y soient rendus.

Bien que les vestiges des deux navires, HMS Erebus et HMS Terror aient été retrouvés, il reste de nombreux mystères à résoudre sur l’expédition Franklin et sur ce qui est arrivé à l’explorateur britannique et à son équipage de 128 hommes. Conçu par l’équipe des Grands Mystères de l'histoire canadienne et ses partenaires, le site web du Mystère Franklin fournit aux élèves et à l’ensemble de la population une des plus grandes collections de documents originaux, de cartes et d’illustrations jamais assemblées sur cette expédition. Le Mystère Franklin offre également du matériel pédagogique aux élèves et aux enseignants.

HMS Terror trapped in ice Le Terror avec vue sur la cour et les murs de neige bâtis autour du navire (National Maritime Museum, 1837)

Nouveau : Un livre sur Tom Thomson

30 mai 2016

Cover of book about Tom Thomson

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la parution du nouveau livre de l’historien Gregory Klages, directeur de la recherche du mystère Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson. Publié chez Dundurn en mai 2016, The Many Deaths of Tom Thomson constitue une magnifique ressource pour les enseignants et les élèves désireux d’approfondir leurs connaissances sur la mort mystérieuse de ce célèbre artiste et grand amateur de plein air qui, un jour d’été de 1917, est parti en excursion de pêche et qui n’a jamais été revu vivant. Qu’est-il arrivé à Tom Thomson? Le contenu de ce livre palpitant est un excellent complément au mystère qui a été rédigé par l’auteur en collaboration avec l’équipe des Grands Mystères. Détenteur d’un doctorat de l’Université York, Gregory Klages enseigne au Département d’histoire de l’Université Guelph, au campus Guelph-Humber. Au Canada, il est reconnu comme l’expert en matière du mystère Tom Thomson.

Présentation

14 nov 2015

New Orleans english poster

Merna Forster, directrice générale des Grands Mystères, a présenté l’atelier «True Detective Classrooms: Investigating the Lost Franklin Expedition » dans le cadre du congrès annuel du National Council for the Social Studies (NCSS) à New Orleans.

Lancement du mystère Franklin

25 mai 2015

Comment une des missions scientifiques les mieux équipées du 19e siècle a-t-elle pu subir un échec aussi cuisant? En 1845, l’expédition Franklin représentait l’équivalent d’une expédition sur la Lune. Pour les historiens et la population, l’énigme quant au destin de l’expédition perdure depuis ce temps et la découverte en septembre dernier de la coque presque intacte d’un des deux navires de Franklin soulève même de nouvelles questions. Les élèves et les détectives de tous âges sont invités à résoudre cette affaire, un des plus vieux cas non résolus. À Ottawa, le 4 juin, lors du 170e anniversaire de la première journée passée entièrement en mer par la mission britannique en quête du passage du Nord-Ouest, l’Université de Victoria (UVic) lancera officiellement « Le mystère Franklin : vivre et mourir en Arctique », le 13e site web des Grands Mystères de l’histoire canadienne, un programme pédagogique national utilisé quotidiennement par près de 2500 élèves dans plus de 50 pays.

poster

Pour John Lutz, professeur d’histoire à UVic et codirecteur du projet, bien que la découverte du HMS Erebus « ait résolu un mystère, elle en soulève plusieurs autres. Pourquoi l’équipage a-t-il abandonné le navire; en fait, l’a-t-il réellement abandonné? Qu’est-il arrivé à l’autre navire, le HMS Terror, et à son équipage? Comment expliquer que ces deux équipages avec des provisions pour trois ans n’aient pas réussi à survivre alors que les Inuits réussissaient à vivre des ressources du même territoire? Dévoilé dans les témoignages oraux inuits, le cannibalisme a-t-il réellement scellé la triste fin de ces hommes? L’enquête se poursuit encore aujourd’hui, ce qui est la raison d’être des Grands Mystères. »

Hébergés par le Département d’histoire de UVic et regroupant des historiens, des archéologues, des éducateurs et d’autres spécialistes à l’échelle nationale, les Grands Mystères adoptent l’approche « polar » pour raviver de vieilles intrigues historiques. Les limiers travaillent avec du matériel pédagogique interactif de très grande qualité comprenant environ 100 000 mots (l’équivalent d’un manuel) par mystère et fournissant des sources historiques, des reconstructions de scènes de crime, des activités et des interprétations rédigées par des experts. Afin de promouvoir la pensée critique en histoire, un portail vers des cybermystères offre des leçons courtes et dynamiques aux élèves du secondaire. Ce projet national bilingue, conçu pour utilisation par des élèves du secondaire et du postsecondaire, peut aussi être utilisé par les élèves du primaire ou par des mordus d’histoire et de mystères. Le mystère Franklin, accessible en anglais et en français, fournira également du matériel pédagogique additionnel en inuktitut.

« C’est l’apprentissage par l’expérience à son meilleur, ajoute le professeur Lutz. Nous mettons littéralement la loupe du détective entre les mains des élèves, utilisant ces 13 sites web pour les aider à percevoir l’histoire canadienne comme une affaire passionnante, actuelle et stimulante. L’histoire est trop importante pour être ennuyeuse et ces mystères sont trop fascinants pour être laissés aux seuls historiens. »

Les Grands Mystères de l'histoire canadienne sont sous la responsabilité de trois codirecteurs : la professeure Ruth Sandwell de l’Université de Toronto, à l’origine du projet, le professeur Peter Gossage de l’Université Concordia et le professeur John Lutz de l’Université de Victoria, également à l’origine du projet. L’historien Lyle Dick, président sortant de la Société historique du Canada, a assumé la direction de la recherche de ce nouveau mystère.

Les principaux partenaires de UVic pour le mystère Franklin sont le ministère de l’Éducation du Nunavut, Parcs Canada, Bibliothèque et Archives Canada ainsi que l’Université Concordia. Ce 13e mystère a reçu l’appui financier du programme Subventions de développement de partenariat du Conseil de recherches en sciences humaines.

Minister of Education Paul Quassa
L'honorable Paul Quassa , ministre de l'Éducation du Nunavut

Franklin

Vous êtes cordialement invité au lancement du tout dernier des Grands Mystères de l'histoire canadienne, Le mystère Franklin : vivre et mourir en Arctique, accessible sur le site mysterescanadiens.ca.

Jeudi 4 juin 2015
De 10 h à midi
Auditorium, Bibliothèque et Archives Canada
395, rue Wellington
Ottawa

Allocution de bienvenue par Guy Berthiaume, administrateur général et bibliothécaire et archiviste du Canada

Lancement du nouveau mystère pédagogique sur le destin de l’expédition Franklin.
Présentations de Parcs Canada et des historiens Louie Kamookak et Lyle Dick.
Performances par Ken Lavigne et le Centre des enfants inuits d’Ottawa.
Une réception suivra la présentation.

Ken Lavigne

Lauréats de nombreux prix, Les Grands Mystères de l'histoire canadienne sont un consortium d’universités canadiennes et d’institutions culturelles qui offrent gratuitement des programmes d’enseignement aux établissements scolaires secondaires et postsecondaires.

Billets (gratuits) : http://www.eventbrite.ca/e/launch-of-the-franklin-mystery-life-and-death-in-the-arctic-tickets-17100674578

Novembre 2014 : le site web du mystère Franklin en cours de réalisation

Peinture sur l’expédition Franklin par W. Thomas Smith (National Maritime Museum, Greenwich, Londres)

Une équipe des Grands Mystères travaille à la création d’un site web pédagogique sur le mystère entourant la disparition de l’expédition de sir John Franklin en 1845, expédition qui était partie d’Angleterre dans le but de trouver un passage nord-ouest vers le Pacifique par l’Arctique canadien. Les étapes de recherche et de conception du site web étaient déjà bien avancées lorsque nous est parvenue la grande nouvelle de la découverte de l’épave d’un des navires de Franklin le 7 septembre 2014 par les archéologues de Parcs Canada. Peu après, Parcs Canada a identifié le navire comme étant le HSM Erebus. Voici quelques articles sur le sujet : Des images d'une épave de l'expédition Franklin; Le navire de John Franklin authentifié; Lost Franklin expedition ship found in the Arctic; Franklin expedition ship found in the Arctic ID'd as HMS Erebus.

La découverte du HMS Erebus a fait la une des journaux à travers le monde. L’archéologue britannique William Battersby a décrit la découverte comme étant « la plus grande découverte archéologique que le monde ait connue depuis l’ouverture de la tombe de Toutankhamon il y a une centaine d’années ».

L’équipe des Grands Mystères s’affaire maintenant à incorporer les références à la découverte du HMS Erebus au site web. Le lancement du site Le mystère Franklin : vivre et mourir en Arctique aura lieu à Ottawa au début juin 2015.

Octobre 2014 : la guerre de Chilcotin War dans l’actualité

Chanson sur la guerre de Tsilhqot’in chantée pendant le Lhatassain (Klatsassin) Memorial Day (jour du souvenir pour Klatsassin) le 26 octobre 2003 à Fish Trap (Liam Haggerty, Les Grands Mystères)

Au cours des derniers mois, les revendications territoriales de la Nation Tsilhqot’in ont généré une importante couverture médiatique. En effet, la Cour suprême a accordé à la Nation Tsilhqot’in le titre ancestral sur le territoire dont il est question dans le site web Personne ne connaît son nom : Klatsassin et la guerre de Chilcotin. Voici un article sur cette décision, Supreme Court grants land title to B.C. First Nation in landmark case, et un autre sur les excuses du gouvernement de la Colombie-Britannique, B.C.'s apology for hanging Tsilhqot'in was chiefs one step in a long healing process.

Pour en apprendre plus sur cette affaire, lisez notre CyberMystère 4, Partialité des médias : la guerre de Chilcotin. Ce défi de pensée critique conçu pour les élèves de 14 à 16 ans est relié au site web du mystère Personne ne connaît son nom : Klatsassin et la guerre de Chilcotin. Ce CyberMystère fournit des instructions, des sources, des feuilles d’activités et des évaluations.

Les élèves sont invités à évaluer le degré d’objectivité dont ont fait preuve les journaux de 1864 lorsqu’ils ont rapporté ce violent conflit entre les Blancs et les peuples des Premières Nations, le plus sanglant incident du genre à s’être produit en sol canadien. Avant d’entreprendre l’examen des documents portant sur la guerre de Chilcotin, les élèves devront mieux connaître le rapport qui existe entre les concepts de partialité et de perspective. Ils examineront ensuite plusieurs articles de journaux historiques couvrant la guerre de Chilcotin et détermineront à quel point ces comptes rendus sont subjectifs. Enfin, chaque élève rédigera un compte rendu objectif des évènements à l’intention d’autres élèves qui étudient les relations entre les Européens et les Premières Nations. Vous trouverez ce CyberMystère, ainsi que plusieurs autres, sur le site des Grands Mystères.

28 mai 2014

Une équipe des Grands Mystères de l'histoire canadienne (Grands Mystères) a participé à une séance intitulée À la recherche de sir John Franklin : les mystères canadiens et les limites de la recherche historique au congrès annuel de la Société historique du Canada à l’Université Brock, à St. Catharines en Ontario.

La professeure Ruth Sandwell, SHC 2014.

La disparition de l’expédition de sir John Franklin qui avait quitté l’Angleterre en 1845 captive depuis longtemps les Canadiens, tout comme le reste du monde. L’expédition cherchait à trouver un passage au nord-ouest de la région arctique canadienne jusqu’au Pacifique. Cette disparition est le sujet d’un nouveau mystère conçu par l’équipe des Grands Mystères. Sous le titre de travail The Enduring Franklin Mystery (Le mystère Franklin, une énigme irrésolue), le projet s’était vu accorder du financement par le Programme de subventions de développement de partenariat du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) en avril 2013.

À titre d’historiens du mystère Franklin, les panélistes ont parlé des façons dont l’approche active et interdisciplinaire des Grands Mystères les pousse au-delà des frontières conventionnelles définies par le temps et l’espace historiques, changeant non seulement leur compréhension de l’histoire du Canada et de l’Arctique, mais aussi la manière de la représenter.

Un partenariat triennal, le projet Franklin traverse en effet plusieurs frontières disciplinaires de recherche par la participation de chercheurs éminents en didactique, en sciences humaines numériques, en archéologie sous-marine, en histoire orale et par des recherches universitaires en histoire menées dans quatre provinces.

« Découverte d’une chaloupe de l’expédition Franklin ». Thirty Years in the Arctic Regions. New York, 1859.

Ce projet repousse également un certain nombre de frontières professionnelles, car il réunit des chercheurs avec les organismes partenaires que sont le ministère de l’Éducation du Nunavut, Parcs Canada, Bibliothèque et Archives Canada et le Critical Thinking Consortium, ce qui par la suite facilitera la discussion avec les enseignants et les élèves partout au pays. Par ailleurs, la réarticulation de ce récit et son repositionnement comme projet pédagogique et archive en ligne permettent également de franchir d’autres frontières.

Peter Gossage, codirecteur des Grands Mystères et professeur à l’Université Concordia présidait la séance. Les panélistes étaient Lyle Dick, le directeur de recherche du mystère Franklin, ainsi que les deux autres codirecteurs des Grands Mystères, Ruth Sandwell, également directrice pédagogique des Grands Mystères et professeure à l’Université de Toronto, et John Lutz, professeur à UVic.

Avril 2014

Un symposium a eu lieu à Rankin Inlet au nord-ouest de la baie d’Hudson. Les participants s’étaient réunis dans le but de planifier la conception du matériel pédagogique relié au nouveau projet des Grands Mystères, Le mystère Franklin : vivre et mourir en Arctique. Les discussions entre les pédagogues et les historiens du Nunavut et du sud du Canada ont porté sur le mystère Franklin, l’histoire orale inuite, la didactique des sciences humaines et l’utilisation des sources dans l’enseignement de l’histoire en ligne. Les participants incluaient Louie Kamookak, qui a fait une présentation sur l’histoire orale inuite et l’expédition Franklin, des enseignants en sciences humaines du Nunavut ainsi que des représentants du Projet de la pensée historique (UBC) et du Centre d’histoire orale et de récits numérisés (Université Concordia). L’équipe de direction des Grands Mystères était également présente.

Le ministère de l’Éducation du Nunavut fera la conception du matériel pédagogique du mystère Franklin en fonction des perspectives et de l’intérêt des écoles et des communautés du Nunavut à développer des idées et du matériel. Le Ministère apportera également du soutien pour la conception de matériel pour utilisation à l’extérieur du Nunavut. Les leçons seront accessibles en inuktitut, en anglais et en français.

Pour sa part, le Critical Thinking Consortium fera la conception de matériel pédagogique supplémentaire (notamment des CyberMystères).

Mars 2014

Les Grands Mystères de l'histoire canadienne ont fait l’objet d’un chapitre du livre publié par la University of Michigan Press sous la direction de Kevin Kee, Pastplay: Teaching and Learning History with Technology. Intitulé « What Has Mystery Got to Do with It? », le chapitre a été rédigé par John Lutz et Ruth Sandwell, deux des codirecteurs des Grands Mystères.

Le livre est accessible gratuitement sur le site de DigitalCultureBooks.

21 février 2014

Le professeur John Lutz a présenté les Grands Mystères à des enseignants en sciences humaines dans le cadre d’une séance de perfectionnement professionnel au Département d’histoire de UVic.

25 octobre 2013

Le congrès annuel de la British Columbia Social Studies Teacher’s Association s’est tenu le 25 octobre 2013 à Vancouver. Merna Forster, directrice administrative des Grands Mystères, a animé un atelier sur le matériel pédagogique conçu pour Les Grands Mystères de l’histoire canadienne.

19 octobre 2013

La professeure Annemarie Adams a prononcé une conférence sur le mystère de la maison Redpath dans le cadre des retrouvailles de l’Université McGill le 19 octobre à Montréal. La série de conférences CWOQ, Classes Without Quizzes, attire de nombreux participants, en grande partie des diplômés. La professeure Adams était une des directrices de l’équipe de recherche du mystère de la maison Redpath qui fournit des indices sur le meurtre d’Ada Redpath et de son fils dans leur résidence montréalaise en 1901.

Ada Maria Mills Redpath et famille (avec l’aimable autorisation d’Amy Linda Redpath)

Mars 2013

En mars, le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) a accordé une subvention au Département d’histoire de UVic pour la création d’un nouveau mystère : The Enduring Franklin Mystery (Le mystère Franklin, une énigme irrésolue). Accordée dans le cadre des programmes Savoir et Connexion, la subvention permettra à une équipe nationale de mener une recherche et de concevoir un site web ainsi que du matériel pédagogique sur l’expédition Franklin, expédition dont on a perdu la trace et qui n’a jamais été retrouvée. Le projet collaboratif sera terminé en deux ans et requiert la collaboration de chercheurs spécialisés en éducation, en sciences humaines numériques et en histoire.

Sir John Franklin, officier de la marine et explorateur de l’Arctique

Dans les années 1840, le départ de l’expédition Franklin était l’équivalent du lancement d’une navette spatiale : des hommes ayant reçu le meilleur entraînement, travaillant avec la fine pointe de la technologie et envoyés dans un voyage de découvertes vers l’inconnu, une région aujourd’hui connue comme l’Arctique canadien. Les 128 hommes et les deux navires ne sont cependant jamais revenus, perdus sans laisser de traces. Ce mystère fascinant et non résolu est un véhicule idéal pour susciter l’intérêt des élèves et de la population canadienne envers l’histoire.

Les navires perdus de l’expédition Franklin, le HMS Erebus et le HMS Terror.

Coordonné par l’équipe des Grands Mystères à UVic, le projet fera appel à divers partenaires institutionnels dont le ministère de l’Éducation du Nunavut, Parcs Canada, Bibliothèque et Archives Canada, Histoire et éducation en réseau (THEN/HiER), le Projet de la pensée historique, le Critical Thinking Consortium ainsi que le Centre d’histoire orale et de récits numérisés (CHORN) de l’Université Concordia. Les universités Mount Royal et Toronto apporteront aussi une contribution au projet. L’historien Lyle Dick, ancien président de la Société historique du Canada, agit à titre de directeur de la recherche.

Outils pédagogiques : de nouveaux CyberMystères et tableaux interactifs

Grâce au financement du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour l’année 2012-2013, nous avons pu concevoir neuf nouveaux CyberMystères, soit trois pour chacun des trois mystères suivants : Le mystère de la maison Redpath; Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson; La mort d’un diplomate : Herber Norman et la guerre froide. Le Critical Thinking Consortium a conçu ces nouveaux CyberMystères pour Les Grands Mystères de l’histoire canadienne en collaboration avec les historiens Annmarie Adams (Université McGill), Gregory Klages (University of Guelph-Humber) et Larry Hannant (Camosun College) et avec notre codirectrice Ruth Sandwell (Ontario Institute for Studies in Education).

Ces neuf nouveaux Cybermystères, ainsi que les trente premiers, sont accessibles sur le site CyberMystères.ca.

Le financement du CRSH nous a également permis de concevoir neuf nouveaux tableaux blancs interactifs (en anglais seulement). Vous pouvez les télécharger gratuitement à partir de notre site. Ces tableaux ont été conçus par une équipe d’étudiants du Ontario Institute for Studies in Education (OISE - University of Toronto) sous la direction de Garfield Gini-Newman et avec la collaboration de Mary Abbott. Chacun des tableaux est conçu pour être utilisé avec un de nos mystères.

16 novembre 2012

Merna Forster, directrice générale des Grands Mystères, a présenté l’atelier « History Mysteries: Students Become Historians Using Cold Case Crimes » dans le cadre du congrès annuel du National Council for the Social Studies (NCSS) à Seattle. Le matériel promotionnel des Grands Mystères de l’histoire canadienne était également déployé au kiosque commandité par l’organisme NCSS Canada Community.

19 octobre 2012

Merna Forster, directrice générale des Grands Mystères, a présenté l’atelier « Doing History with History Mysteries » au congrès annuel de la British Columbia Social Studies Teachers Association à Vancouver. Au cours de la journée, les enseignants pouvaient également découvrir le matériel pédagogique des Grands Mystères et se procurer des brochures et des affiches à notre kiosque.

Octobre 2012

[insert French masthead for La Gazette des Grands Mystères]

Le numéro d’octobre de La Gazette des Grands Mystères, un bulletin qui présente des nouvelles et des conseils aux enseignants, a été envoyé par courriel aux usagers inscrits. Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien. Par ailleurs, la page d’inscription contient le lien vers les anciens numéros de La Gazette.

Septembre 2012

Ascension du col Chilkoot (E.A. Hegg / University of Washington Special Collections)

Les Grands Mystères ont lancé le premier d’une série de tableaux blancs interactifs. Conçu par Garfield Gini-Newman, professeur au Département du curriculum, de l’enseignement et de l’apprentissage à OISE (University of Toronto), cet outil pédagogique intitulé Should I Join the Rush? (en anglais) s’utilise en lien avec notre site Qui a découvert l’or du Klondike?. N’hésitez pas à l’essayer et à nous envoyer vos commentaires.

8 mars 2012

Dans l’ordre habituel : Alan Gordon, Ph. D., Peter Goddard, Ph. D. (directeur du Département d’histoire, University of Guelph) et Gregory Klages, Ph. D. Photographe : Margaret Arent, UGH margaret.arent@guelphhumber.ca.

Gregory Klages, Ph. D., directeur de la recherche du mystère Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson, a prononcé une allocution à la University of Guelph-Humber. Commanditée par les Services universitaires dans le cadre d’une série de conférences données à l’hiver 2012, l'allocution s’intitulait « CSI Canadian History: The Tom Thomson Tragedy and Other Mysteries ».

Printemps 2012

Le Conseil de recherches en sciences humaines a accordé aux Grands Mystères de l’histoire canadienne une subvention « Sensibilisation du public : économie numérique » pour la période du 1 er mars 2012 au 28 février 2013. Cette subvention permettra d’élargir notre public en présentant nos produits à un plus grand nombre d’enseignants et en leur offrant de nouveaux outils d’apprentissage qui incorporent les nouvelles technologies. Ces outils incluent notamment de nouveaux CyberMystères et des tableaux interactifs.

9 novembre 2011

Fresh Minds Symposium, University of Victoria. Deux ateliers intitulés History: Solving Mysteries Online ont été présentés à des élèves de 9e et 10e années par Merna Forster, directrice administrative des Grands Mystères de l’histoire canadienne.

20 octobre 2011

Gregory Klages

Congrès SAG 2011 de la Manitoba Social Studies Teachers’ Association à Winnipeg. Deux communications sur Les Grands Mystères de l’histoire canadienne ont été présentées par Gregory Klages, directeur de recherche pour le mystère Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson.

1er octobre 2011

Archival Narratives for Canada: Re-Telling Stories in a Changing Landscape, un nouveau livre sous la direction de Kathleen Garay et Christl Verduyn, a été publié. On peut y lire l’article « The Many Deaths of Tom Thomson », rédigé par Gregory Klages, directeur de recherche pour le mystère Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson.

Septembre 2011

GUMICH a maintenant sa page Facebook. Venez nous y rencontrer.

Kate Alexander, des lieux historiques nationaux du Canada du Klondike, a fait la promotion du matériel pédagogique des Grands Mystères lors du congrès annuel de la Yukon Teachers’ Association à Whitehorse.

L’édition de septembre de La Gazette des Grands Mystères a été envoyée aux utilisateurs inscrits. Pour vous inscrire. Pour lire les anciens numéros.

Automne 2010

Le numéro 72 de la Revue de la culture matérielle publié à l’automne 2010 incluait un très bon article sur le mystère de la Maison Redpath. Annmarie Adams, Valerie Minnett, Mary Anne Poutanen et David Theodore ont rédigé l’article « ‘She must not stir out of a darkened room’: The Redpath Mansion Mystery ».

Mai 2011

Gumich Gazette

La dernière édition de La Gazette des Grands Mystères a été envoyée aux membres par courriel. Ne manquez pas de vous abonner. Vous pourrez vous procurer les anciens numéros sur la page d’inscription.

4 mars 2011

Conférence annuelle du Saskatchewan Council of Social Studies à Mosse Jaw. Jennifer Pettit y a fait une présentation sur Les Grands Mystères de l’histoire canadienne.

18 février 2011

Congrès de la Calgary City Teacher’s Convention Association à Calgary. Jennifer Pettit a présenté les Grands Mystères de l’histoire canadienne à des enseignants en sciences humaines du secondaire.

Janvier 2011

Publication du premier numéro de notre bulletin d’information. La Gazette des Grands Mystères offre des nouvelles et des conseils sur l’enseignement des mystères historiques présentés dans le cadre du site web Les Grands Mystères de l’histoire canadienne.

10 novembre 2010

Fresh Minds Symposium, University of Victoria. Merna Forster y a présenté l’atelier « History: Solving History Mysteries » à deux groupes d’élèves de la 9e et de la 10e année.

22 octobre 2010

Conférence 2010 de la Manitoba Social Studies Teachers’ Association SAG à Winnipeg. Gregory Klages y a présenté les Grands Mystères de l’histoire canadienne.

Octobre 2010

Congrès 2010 en sciences humaines de la Alberta Teachers’ Association à Jasper. Jennifer Pettit y a fait une présentation sur Les Grands Mystères de l’histoire canadienne.

7 juin 2010

Victoria, Colombie-Britannique

La directrice générale, Merna Forster, a prononcé une conférence au ETUG (Educational Technology Users Group) dans le cadre de la session « Playful Technology – Putting the Mystery Back into Teaching ».

30 mai 2010

Montréal, Québec

Certains membres de l’équipe des Grands Mystères ont présenté une session à la conférence annuelle de la Société historique du Canada. Intitulée, « L'art de conter et histoire éducative sur Internet : Les grands mystères de l'histoire québécoise et acadienne », la session était animée par Léon Robichaud, de l’Université de Sherbrooke, et incluait les présentations suivantes :

  • Peter Gossage, Université Concordia
    Le Québec et le Canada français dans le cadre des Grands Mystères de l’histoire canadienne
  • Annmarie Adams, Université McGill / Valerie Minnett, Carleton University / Mary Anne Poutanen, Université Concordia / David Theodore, Harvard University
    ‘She Must Not Stir out of a Darkened Room’: The Redpath Mansion Mystery
  • Caroline-Isabelle Caron, Queen’s University
    Raconter la légende, révéler les faits: stratégies de jumelages des légendes communautaires avec une base documentaire contradictoire dans Jérôme, l’inconnu de la Baie Sainte-Marie

8 avril 2010

Niagara-on-the-Lake, Ontario

Les codirecteurs Ruth Sandwell et John Lutz ont présenté les Grands Mystères de l’histoire canadienne à la conférence « Playing with Technology in History ». Les participants ont tenté de résoudre quelques-uns des mystères dans une session intitulée « What’s Mystery Got to Do With It?: An Unpaper. »

27 mars 2010

Ottawa, Ontario

Le professeur John Lutz, codirecteur des Grands Mystères, a reçu le prix Harold- Adams-Innis de la FCSH pour son livre Makúk: A New History of Aboriginal-White Relations. Le prix est décerné par la Fédération canadienne des sciences humaines pour le meilleur ouvrage de langue anglaise en sciences sociales au Canada.

Printemps 2010

Victoria, Colombie-Britannique

Les Grands Mystères de l’histoire canadienne ont renouvelé le look du site web. Grâce au soutien de la vice-présidence aux relations extérieures (UVic), Beth Doman a pu créer une toute nouvelle image pour le site. Pour celles et ceux qui le désirent, il est toujours possible de revoir la version où « le sang coule… » à partir de la page d’accueil!

Novembre 2009

Victoria, Colombie-Britannique

Afin d’optimiser la promotion des Grands Mystères de l’histoire canadienne, la designer Jolene Lowey du Département de marketing (UVic), a créé une brochure splendide dont vous pouvez demander une copie par la poste, sur demande, ou que vous pouvez télécharger. La brochure a été conçue et imprimée grâce au soutien de la vice- présidence aux relations extérieures (UVic).

19 novembre 2009

San Diego, Californie

l’Association d’études canadiennes aux États-Unis

La directrice générale, Merna Forster, a prononcé une conférence pour l’Association d’études canadiennes aux États-Unis lors de sa 20e conférence biennale. La conférence, intitulée « Canadian Studies Across the Digital Threshold » (Les études canadiennes dans une perspective de numérisation), traitait en particulier des Grands Mystères de l'histoire canadienne.

7 novembre 2009

Toronto, Ontario

Le professeur Garfield Gini-Newman

Le professeur Garfield Gini-Newman, de OISE/Université de Toronto, a présenté un atelier à la Conférence annuelle de la Ontario History and Social Studies Teachers Association intitulé « Great Unsolved Mysteries in Canadian History: Engaging Students in “Doing” History” » (Les Grands Mystères de l'histoire canadienne : encourager les élèves à ‘faire’ de l’histoire).

Juin 2009

Un rapport du gouvernement fédéral a fait mention des Grands Mystères. Voir « Exemple de réussite : Les grands mystères de l’histoire canadienne », dans Intersections : Naviguer dans le paysage culturel. Rapport annuel 2007-2208 du secteur des Affaires culturelles, Patrimoine Canada.

13 novembre 2008

Toronto, Ontario

Co-directors Ruth Sandwell, Peter Gossage and John Lutz receive Pierre Berton Prize from his son, Peter Berton.

Les codirecteurs Ruth Sandwell, Peter Gossage et John Lutz reçoivent le prix Pierre-Berton de son fils, Peter Berton.

Pierre Burton award medal

Le projet des Grands Mystères de l’histoire canadienne a reçu le prix Pierre-Berton 2008 pour son travail de popularisation de l’histoire canadienne. Ce prix prestigieux a été présenté par la Société d’histoire du Canada. Pour plus de renseignements sur le prix et les Grands Mystères, consultez le communiqué de presse de l’Université Victoria (en anglais) et une chronique spéciale du site de la Société, incluant un balado et une entrevue avec les codirecteurs du projet (en anglais).

4 avril 2008

Lancement officiel du site « La mort d’un diplomate : Herbert Norman et la guerre froide » par Ian Wilson, Bibliothécaire et archiviste du Canada et Hector Mackenzie du ministère des Affaires extérieures et du Commerce international. Le lancement s’est tenu à Bibliothèque et Archives du Canada.

Qu’est-ce qui pousserait l’ambassadeur du Canada à sauter de la fenêtre d’un des édifices les plus hauts du Caire vers une mort certaine? Herbert Norman, diplômé de Cambridge et diplomate très respecté, avait été personnellement choisi en 1956 par le premier ministre canadien, Lester B. Pearson, pour être son homme de pointe en Égypte pendant la crise de Suez. Lester Pearson gagnera le prix Nobel de la paix pour sa contribution à la résolution du conflit. Herbert Norman, qui avait été nommé adjoint spécial du général Douglas MacArthur, Commandant suprême des forces alliées au Japon, pays alors sous occupation, était soupçonné d’activités communistes par le tristement célèbre sénateur américain Joe McCarthy à une période où le monde était confronté aux tensions de la guerre froide. Herbert Norman était-il un communiste, un espion, ou était-il un diplomate loyal et compétent? Pourquoi s’est-il tué? La note qu’il a laissée derrière lui était ambiguë et a rendu la situation encore plus mystérieuse.

2 avril 2008

Le site Web « Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson » est officiellement lancé à Toronto à Hart House, à l’Université de Toronto en présence des invités spéciaux, Dr Michael Pollanen, médecin légiste en chef de l’Ontario, Alex Sinclair, du groupe musical Tamarack, qui a interprété une nouvelle chanson sur le mystère Thomson, et des élèves de l’école secondaire Thornlea. La peinture de Tom Thomson, The Pointers [Bateaux](1916-17) était en montre pendant le lancement.

La mort de Tom Thomson à l’été 1917 a contribué à lui donner un statut quasi mythique, celui de l’artiste peintre à la fois homme des bois et génie créateur qu’un cruel destin a fauché trop rapidement. Pourtant, certaines personnes pensent que la mort de Tom Thomson recèle plusieurs mystères tout aussi complexes que non résolus. Est-ce un accident si ce canoéiste expérimenté s’est noyé sur un lac calme du mois de juillet ou sa mort serait-elle reliée à un triangle amoureux et à un certain déserteur germano-américain qui se cachait dans ce lieu de villégiature retiré? Plusieurs personnes qui connaissaient déjà Tom Thomson ou celles qui ont appris à aimer son art – intimement lié au célèbre groupe des Sept – sont convaincues que les circonstances de sa mort ne laissent aucune place à l’interprétation. Il aurait été assassiné et sa dépouille ne se trouverait pas à l’endroit officiel de son dernier repos.

31 mars 2008

« Le mystère de la maison Redpath » a été officiellement lancé au Musée Redpath. Louise Penny, auteure de romans policiers, et Amy Linda Redpath, membre de la famille Redpath, ont participé à ce lancement. Annmarie Adams, codirectrice de recherche, a prononcé une conférence à la James McGill Society.

Lorsque les coups de feu ont éclaté dans la maison Redpath, située dans le quartier le plus prestigieux de Montréal, à 18 h le 13 juin 1901, et que les serviteurs ont trouvé le corps d’Ada Maria Mills Redpath près de son fils de 24 ans qui agonisait, pourquoi n’ont-ils pas fait appel à la police? Pourquoi les journaux ont-ils rapporté que les victimes avaient été découvertes par les serviteurs alors que le rapport du coroner suggère que la macabre découverte avait été faite par Peter Redpath, un autre fils de la victime? On n’a entendu que deux coups de feu et pourtant trois balles ont été retirées des cadavres. Voici une occasion d’examiner à la loupe la vie des gens riches et célèbres tout en essayant de découvrir ce qui s’est réellement passé.

janvier 2008

Le projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne » est le récipiendaire du prix MERLOT Classics 2008. Ce prix lui est attribué comme ressource pédagogique virtuelle « exceptionnelle ». C’est la seconde fois que MERLOT (Multimedia Educational Resource for Learning and Online Teaching), basé à l'Université d’état de Californie, rend ainsi honneur aux Grands Mystères. Le Prix MERLOT 2008 sera attribué lors de la conférence internationale de l’organisme à Minneapolis, au Minnesota, en août.

16 novembre 2007

Toronto. Présentation des Grands Mystères par le professeur Ken Coates, doyen de la Faculté des arts, Université de Waterloo, à la conférence biennale de l’Association des études canadiennes aux États-Unis tenue à Toronto en 2007.

9-10 novembre 2007

Toronto. Présentation du projet et exposition de matériel en lien avec les Grands Mystères à la conférence annuelle de la Ontario History and Social Studies Teachers Association par le professeur Garfield Gini-Newman du Critical Thinking Consortium et de l’Université de Toronto.

26 octobre 2007

Brookfield, Nouvelle-Écosse. Animation de deux ateliers sur les Grands Mystères de l'histoire canadienne à la conférence provinciale de la Nova Scotia Social Studies Teachers Association par la directrice générale du projet, Merna Forster, et par Birgitta Wallace, directrice de la recherche pour le mystère « Où est Vinland? ».

Birgitta Wallace

10 octobre 2007

Exposition de matériel en lien avec le projet des Grands Mystères à Victoria lors de la réception en l’honneur des membres du President’s Circle de l’Université de Victoria

Meleisa Ono-George (gauche), assistante de recherche pour le projet des Grands Mystères et une visiteuse

6 octobre 2007

Lincoln, Nebraska. Présentation du projet par le professeur John Lutz au Nebraska Digital Workshop.

20 septembre 2007

Université de Californie à Berkeley. Présentation du projet des Grands Mystères lors d’un colloque organisé par le programme d’Études canadiennes de Berkeley. La présentation a été faite par le professeur Peter Gossage, un des codirecteurs du projet, professeur invité par les Études canadiennes à Berkeley et récipiendaire de la bourse de recherche Sproul.

4 septembre 2007

Canada AM. Entrevue du professeur John Lutz en direct sur CTV au sujet du projet des Grands Mystères.

30 août 2007

Q Entrevue de Gregory Klages, directeur de recherche du mystère « Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson », par Jian Ghomeshi dans le cadre de Q, le programme national d’affaires culturelles de la CBC.

Gregory Klages (gauche) et Jian Ghomeshi

28 août 2007

CBC.ca. Trois affaires non résolues ajoutées à un populaire site Web historique.

27 août 2007

Victoria. Communiqué de presse des Grands Mystères pour annoncer le choix des mystères ultimes pour le populaire site Web historique. Final Mysteries Selected for Popular History Website.

20 août 2007

Présentation à l’Université York par Susan Dineen, d’Arius 3-D, et Bob Jones, de Sheridan Visualization Institute, partenaires de la phase 4 du projet des Grands Mystères, au ABEL Summer Institute. Le sujet de la conférence était : « Intersections: Where Learner, Literacy and Technology Meet ».

Susan Dineen

juillet 2007

L’article « Bed Jumping and Compelling Convergences in Historical Computing » du professeur John Lutz sur le projet des Grands Mystères est publié sur le site Web, Digital History, de l’Université du Nebraska.

30 juin 2007

Le National Post publie un article de Mark Medley, « Obscure insights into Canada’s past », traitant de trois mystères : « Où est Vinland? », « Jérôme : l’inconnu de la Baie Sainte-Marie » et « Qui a découvert l’or du Klondike? ».

27 juin 2007

Canada’s National History Society

Le projet des Grands Mystères de l'histoire canadienne est retenu parmi les finalistes pour le Prix Pierre-Berton 2007 pour son travail de vulgarisation de l’histoire du Canada. Le prix est décerné par la Société d’histoire du Canada.

Ruth Sandwell, codirectrice du projet des Grands Mystères et le télédiffuseur Don Newman au Forum national 2007 sur l’histoire du Canada à Ottawa, organisé afin de coïncider avec les cérémonies de remise du Prix Pierre-Berton.

18 juin 2007

Victoria. Le ministère du Patrimoine canadien donne son aval à la phase 5 du projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne ». Les trois nouveaux mystères sont les suivants : « Le mystère de la maison Redpath », « Portrait d’une tragédie : la mort de Tom Thomson » et « La mort d’un diplomate : Herbert Norman et la guerre froide ».

Tom Thomson, v. 1910-1917, Bibliothèque et Archives Canada / PA-121719

28-30 mai 2007

Saskatoon. Une session sur le projet des Grands Mystères a été donnée à la conférence annuelle de la Société historique du Canada.

25 mai 2007

Dawson City, Yukon. Lancement officiel du mystère « Qui a découvert l’or du Klondike? » au lieu historique, le théâtre Palace Grand, en partenariat avec Parcs Canada. Le programme incluait, « A Miner’s Meeting », une pièce de théâtre de Parcs Canada sur les principaux acteurs de la découverte de l’or. Le maire de Dawson City, John Steins, a officiellement inauguré le site.

Parks Canada staff in “Le personnel de Parcs Canada dans « A Miner’s Meeting »

18 mai 2007

St. John’s, Terre-Neuve. Lancement officiel du mystère « Où est Vinland? » au musée provincial, The Rooms. Le lancement coïncidait avec la rencontre annuelle de l'Association canadienne d’archéologie.

3-5 mai 2007

Halifax. Présentation à la conférence de l’Atlantic Canada Studies : « Solving Historical Mysteries: the University-Public Classroom Connection ».

2 mai 2007

Toronto. Lancement officiel du site Web des « CyberMystères » à l’Université de Toronto. Ben Levin, ancien sous-ministre de l’Éducation de l’Ontario, a officiellement dévoilé le site. Peter Gossage et Ruth Sandwell (codirecteurs du projet des Grands Mystères) ont présenté le projet dans son ensemble ainsi que le matériel pédagogique qui y est relié. Garfield Gini-Newman, du Critical Thinking Consortium, a expliqué la contribution de sa compagnie au projet. La superbe technologie 3D utilisée sur le site a été présentée par Susan Dineen, d’Arius 3D, un des partenaires pour cette phase du projet. Parmi les invités spéciaux, on retrouvait 30 élèves de la Dragon Academy.

15 avril 2007

Clare, Nouvelle-Écosse. Lancement officiel du mystère « Jérôme : l’inconnu de la Baie Sainte-Marie ». Plusieurs évènements ont souligné le 95e anniversaire de la mort de Jérôme, en commençant par une messe commémorative à l’église paroissiale de Saint-Alphone. Une nouvelle plaque commémorative a été dévoilée en après-midi au cimetière de Meteghan. Le lancement du site Web a eu lieu dans une école de Clare en présence de l’honorable Robert Thibault et de l'honorable sénateur Gerald Comeau. Le lancement comprenait aussi une performance théâtrale avec la participation spéciale du célèbre groupe musical acadien, Blou, qui a chanté la nouvelle chanson, « Pourquoi les anges tombent », composée spécialement pour le site Web de Jérôme.

Patrice Boulianne de Blou

février 2007

Calgary, Alberta. « Synergize and Energize: Exploring the Dynamics of Teaching and Learning ». Conférence au Collège Mount Royal, organisée par McGraw-Hill Ryerson, incluant un aperçu du projet des Grands Mystères ainsi qu’une présentation plus détaillée du site « Le ciel et l’enfer sur la Terre : le massacre des ‘Black’ Donnelly » par les professeurs Kori Street et Jennifer Pettit, codirectrices de la recherche.

3-4 novembre 2006

Toronto. Le projet des Grands Mystères est présenté au Colloque annuel de l’Association des professeurs d’histoire et de sciences sociales de l’Ontario.

25 octobre 2006

Montréal. Présentation du site « La torture et la vérité : Angélique et l’incendie de Montréal » à l’Université du Québec à Montréal par Léon Robichaud, professeur d’histoire à l’Université de Sherbrooke et par l’historienne Denyse Beaugrand-Champagne.

20 octobre 2006

Vancouver. Conférence donnée par le professeur John Lutz intitulée « Solving Historical Cold Crimes On-Line » à la Conférence « Canada West to East: Teaching History in a Time of Change » (Association d’études canadiennes).

12 octobre 2006 au 25 mars 2007

Montréal. Le site Web « La torture et la vérité : Angélique et l’incendie de Montréal » occupe une place importante dans l’exposition du Centre d’histoire de Montréal sur les responsables de l’incendie de 1734.

4 octobre 2006

Le projet des Grands Mystères soumet une déclaration d’intérêt au programme Culture canadienne en ligne du ministère du Patrimoine canadien pour la cinquième, et dernière, phase du projet qui comprendra trois nouveaux sites bilingues.

28 septembre 2006

Anchorage, Alaska. Présentation du projet par Merna Forster, directrice générale, au colloque « 35th Anniversary Colloquium: Canada in the North Pacific » de l’Association des études canadiennes aux États-Unis.

21-22 septembre 2006

Lincoln, Nebraska. Présentation du projet par le professeur John Lutz au colloque « History in the Digital Age: Pauley Memorial Endowment Symposium ».

25 août 2006

Le Globe and Mail publie un article sur les Grands Mystères : « Website puts new slant on 143-year mystery of legless man. »

23 août 2006

L’Université de Victoria publie un communiqué de presse annonçant le financement de la phase 4.

juillet 2006

Quatrième avis de recherche pour des mystères. L’équipe du projet des Grands Mystères de l'histoire canadienne est à la recherche de nouvelles propositions basées sur des évènements réels de l’histoire canadienne.

14 juin 2006

Victoria. Le ministère du Patrimoine canadien donne son aval à la phase 4 du projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne ». Les trois nouveaux mystères sont les suivants : « Qui a découvert l’or du Klondike? », « Où est Vinland? » et « Jérôme : l’inconnu de la Baie Sainte-Marie ».

27-29 mai 2006

Toronto. Présentation de la conférence « La résolution des crimes historiques. Au carrefour de la recherche et de la pédagogie » lors de la réunion annuelle de la Société historique du Canada.

27 avril 2006

Victoria. Lancement officiel du site « Explosion sur la ligne de Kettle Valley : la mort de Peter Verigin », des autres nouveaux mystères et des CyberMystères de la phase 3. Royal British Columbia Museum.

7 avril 2006

Montréal. Lancement officiel du nouveau site « La torture et la vérité : Angélique et l’incendie de Montréal », des autres nouveaux mystères et des CyberMystères de la phase 3. Centre d'histoire de Montréal.

5 avril 2006

Calgary. Lancement officiel du nouveau site « Le ciel et l’enfer sur la Terre : le massacre des ‘Black’ Donnelly », des autres nouveaux mystères et des CyberMystères de la phase 3.

15 février 2006

Le projet des Grands Mystères reçoit une délégation du ministère du Patrimoine canadien.

17 janvier 2006

Vancouver. Présentation et kiosque au colloque annuel de la British Columbia Social Studies Teachers Association (BCSSTA).

28-30 octobre 2005

Edmonton. Promotion du projet des Grands Mystères lors du Congrès annuel de l’Association d’études canadiennes intitulé « Teaching, Learning & Communicating the History of Canada ».

Octobre 2005

Sherbrooke. On parle du mystère d’Angélique dans Liaison (PDF), La Tribune et sur les ondes de CHLT et de Radio-Canada.

5-12 septembre 2005

On parle de la phase 3 du projet des Grands Mystères dans le Edmonton Journal, le Calgary Sun, le Calgary Herald, le Telegraph-Journal (Fredericton), et dans CBC National Radio News, Rutherford Show (CHQR 770AM, Calgary) et de CNEWS. Des articles sont aussi parus sur les sites de Macleans.ca, Canoe.ca, Yahoo Canada, la Presse canadienne et Nouvelles télé-radio.

31 août 2005

L’article « Student sleuths asked to help solve 1924 murder » de Tom Hawthorn est publié dans le quotidien The Globe and Mail.

29 août 2005

Communiqué de presse : le ministère du Patrimoine canadien et l’Université de Victoria émettent un communiqué de presse pour annoncer le financement de la phase 3.

25 août 2005

Troisième avis de recherche pour des mystères. L’équipe du projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne » est à la recherche de cinq nouvelles propositions basées sur des évènements réels de l’histoire canadienne.

18-19 août 2005

Toronto. Deuxième atelier organisé par TC2, The Critical Thinking Consortium, partenaire de la phase 3 du projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne ». Ce 2e atelier initie les enseignants aux méthodes d’enseignement de TC2 et c’est l’occasion de commencer le processus de création des CyberMystères (WebQuests) associés aux sites des Grands Mystères.

12 août 2005 — Près de 10 millions d’appels de fichiers l’année dernière

Les données sur les utilisateurs pour la période se terminant le 1er juillet 2005 démontrent que le site a enregistré près de 10 millions d’appels de fichiers au cours de la dernière année alors que le visiteur moyen consacrait environ 10 minutes par session à explorer les Grands Mystères de l’histoire canadienne. Environ 22 % des utilisateurs sont restés plus longtemps, certains d’entre eux s'étant intéressés aux mystères pour une durée de plus de 30 minutes. On dénombre environ 300 sessions d’utilisateurs sur le site quotidiennement. Bien que la majorité des visiteurs aient été originaires du Canada, on dénote un intérêt d’internautes provenant de la France, de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Australie, de l’Italie, des États-Unis et du Royaume-Uni.

1er août 2005

Le projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne » est mis en vedette sur le site CultureCanada.gc.ca, qui sert de vitrine pour ce qui se fait de mieux en contenu canadien en ligne et qui, chaque mois, sélectionne certains sites vedettes. Le projet des Grands Mystères est un des six sites qui ont été choisis en août.

13 juillet 2005

Peter Gossage et Carolyne Blanchard font l’objet d’un article dans le quotidien La Presse (PDF) où o discutent de la fiction et de la réalité de l'histoire d’Aurore Gagnon.

Juillet 2005

Le film Aurore sort au Québec. Le nombre de visiteurs sur le site et de demandes pour le guide pédagogique monte en flèche.

Juin 2005

Toronto. Premier atelier organisé par TC2, The Critical Thinking Consortium, partenaire de la phase 3 du projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne ». Ce 1er atelier initie les enseignants aux méthodes d’enseignement de TC2 et c’est l’occasion de commencer le processus de création des CyberMystères (WebQuests) associés aux sites des Grands Mystères.

27 juin 2005

On parle de Denyse Beaugrand-Champagne, codirectrice du nouveau mystère « La torture et la vérité : Angélique et l’incendie de Montréal » et de son livre Le Procès de Marie-Josèphe Angélique, publié chez Libre Expression en 2004, dans le quotidien (PDF) La Presse.

21 juin 2005

Le projet des Grands Mystères reçoit confirmation du financement de sa phase 3 par le ministère du Patrimoine canadien. Les trois nouveaux mystères qui seront lancés en avril 2006 sont les suivants :

La torture et la vérité : Angélique et l’incendie de Montréal

Lors de l’incendie de Montréal en avril 1734, les soupçons se sont posés sur Marie Angélique, une esclave de race noire accusée d’avoir mis le feu pour couvrir sa fuite avec son amant de race blanche, un trafiquant de sel exilé de France. Mais si cela était bien son motif, pourquoi est-elle restée pour aider sa maîtresse à sauver ses biens plutôt que de s’enfuir? Elle a pourtant admis son crime, mais seulement après avoir été torturée. Elle a été condamnée à être pendue et ensuite brûlée. Mais a-t-elle vraiment mis le feu? Que nous apprend cette histoire sur l’esclavage, la torture et le feu aux premiers jours du Canada?

Le ciel et l'enfer sur Terre : le massacre des « Black » Donnelly

Les tristement célèbres Donnelly ont émigré d’Irlande dans les années 1840 dans l’espoir de connaître la réussite dans ce pays qui devait un jour devenir le Canada. Pourtant, en 1880, la ferme des Donnelly est complètement détruite par un incendie. Les corps de James, de sa bien-aimée Johannah, de leur fils Tom et de leur nièce Bridget sont retrouvés dans les cendres, victimes d’une bande de brutes. Un autre fils est retrouvé mort, lui aussi victime de meurtre la même nuit. À ce jour, malgré un grand nombre de preuves (incluant un témoin oculaire), personne n’a été déclaré coupable. Plusieurs personnes étaient certaines de l’identité de « ceux qui l’avaient fait », mais deux procès se sont terminés sans verdict de culpabilité. Est-ce qu’il s’agissait d’une communauté qui a décidé de se faire justice elle-même alors que le système judiciaire n'y était pas parvenu? Ou s’agissait-il d’un gang qui terrorisait l’Ontario rurale? Est-ce que les Donnelly méritaient leur sort? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de justice pour les Donnelly?

Explosion sur la ligne de Kettle Valley : la mort de Peter Verigin

Lorsqu’une explosion a détruit le wagon du leader de la communauté pacifiste religieuse des Doukhobors, tuant leur aristocrate leader, sa compagne âgée de 17 ans et huit autres personnes, incluant un membre de la législature, près de Castlegar, C.-B., en octobre 1924, plusieurs théories sur les auteurs de l’attentat ont émergé. S’agissait-il de dissidents doukhobors mécontents de sa façon de vivre matérialiste, de fanatiques nativistes, jaloux du succès des émigrés russes, d’agents des gouvernements du Canada ou de la Colombie-Britannique voulant ébranler le pacifisme des Doukhobors et leur résistance à l’éducation publique, du propre fils de Verigin, d’ennemis russes qui voulaient régler d’anciens comptes ou simplement d’un accident? À ce jour, l’explosion qui a ébranlé la communauté des Doukhobors et mis au jour l’attitude des Canadiens face aux immigrants à l’époque de l’entre-deux-guerres, demeure un mystère non résolu.

Janvier 2005

Le projet « Les Grands Mystères de l'histoire canadienne » soumet une proposition pour trois nouveaux mystères au programme Culture canadienne en ligne du ministère du Patrimoine canadien pour la phase 3 du projet. Les mystères sont bilingues.

31 mai 2005

Peter Gossage et Ruth Sandwell, codirecteurs du projet, sont invités à présenter la philosophie pédagogique qui sous-tend le projet des Grands Mystères au Waterloo Centre for Learning and Teaching Through Technology et au Département d’histoire de l’Université Waterloo.

15 avril 2005

Ruth Sandwell, codirectrice du projet, prononce le discours liminaire devant les membres du History of Curriculum Special Interest Group sur le sujet suivant : « Teaching History: On the Disjuncture Between Historical Practice and Classroom Teaching, » le 15 avril 2005 lors de l’assemblée générale annuelle de l’American Educational Research Association à Montréal.

31 mars 2005

John Lutz présente le site « Personne ne connaît son nom » lors de sa conférence intitulée « Ethnohistory in a Cold Climate: Canadian Contributions to 21st Century Ethnohistory » à la réunion de l’Organization of American Historians à San Jose en Californie.

10 janvier 2005

Le Edmonton Journal et le Vancouver Sun publient un article de Janet Steffenhagen, « Mysteries of the Past Become Lessons », qui traite du projet des Grands Mystères.

Décembre 2004

Sandwell, codirectrice du projet, publie « The Great Unsolved Mysteries of Canadian History: Using a Web-Based Archive to Teach History », dans l’édition spéciale, New Approaches to Teaching History, dans le Canadian Social Studies, volume 39, no. 2, hiver 2005